Mon voyage par delà mon monde.

Tu vieillis, c'est OK, mais tu y penses trop, c'est pas OK.

03h41, dimanche 21 septembre 2014 .. 0 rétrolien(s) .. Lien Permanent

Malgré la lenteur tout va très vite.
La vie nous coule entre les doigts car nous pensons trop au temps.
Tous s'accrochent et c'est d'un pathétique triste.
Le potentiel de dignité et de grandeur est énorme.
Mais c'est relégué au dernier plan. D'abord la sécurité.

La mort est certaine; nous allons tous mourir.

Pourtant la peur occupe encore la fonction de moteur. 

J'ai vu un tag, un jour; "vaut mieux mourir debout que de vivre à genoux"
J'aimerais bien voir cette personne aujourd'hui, je pari qu'elle est à genoux.
J'ai entendu un jour; "vaut mieux être seul que mal accompagné"
Je me demande si celui qui a dit ça s'est pas pogné une p'tite chix stupide...
Je pense qu'on comprendra jamais, et pour cette raison tout va s'éteindre.
J'espère ne jamais "réussir" dans la vie. J'en aurais honte.
...

Le temps est un concept qui tue la vie. Au moment où tu y penses, tu viens de détruire toute probabilité d'être simplement, sans angoisse. Le temps est un stress imposé, qui n'existe pas en soi. J'ai pas envie de me retrouver à la fin de ma vie, la mort factuellement évidente, et me rendre compte que j'ai toujours couru après des objectifs anticipés, le présent découpé en lambeaux.

J'écris ça car je vois ma génération commencer à se spécialiser hâtivement.
C'est le phénomène "ce sera mieux que rien".
C'est la panique silencieuse; trouve toi une position, trouve toi une femme/un homme : cimente ta vie, forge toi quelque chose de solide. 

On est libre et léger dans notre jeunesse. Tout est possible et y'a pas de stress. Les erreurs et les échecs sont bienvenus ; on accepte pas l'inacceptable, on fais pas de compromis, on reste fidèle à soi-même.
Mais la peur frappe. Cette peur est tabou.
Peur de l'insécurité financière comme sociale.
Peur d'être seul.

Pourtant tu vas mourir seul.

Pourtant t'es pas solide.

Pourtant tu vas jamais être ce que tu vas essayer de montrer et ce que tous croirons que tu es.

Alors tu l'assumes et tu relaxe.
Ou tu te le cache et tu souffre.

Ici c'est une question autant de se libérer d'une souffrance inutile et à bien y penser pathétique, que de faire honneur au potentiel humain et d'arrêter pour une fois et pour toujours d'agir comme des imbéciles.




Tu vieillis, c'est OK, mais tu y penses trop, c'est pas OK.

03h41, dimanche 21 septembre 2014 .. 0 rétrolien(s) .. Lien Permanent

Malgré la lenteur tout va très vite.
La vie nous coule entre les doigts car nous pensons trop au temps.
Tous s'accrochent et c'est d'un pathétique triste.
Le potentiel de dignité et de grandeur est énorme.
Mais c'est relégué au dernier plan. D'abord la sécurité.

La mort est certaine; nous allons tous mourir.

Pourtant la peur occupe encore la fonction de moteur. 

J'ai vu un tag, un jour; "vaut mieux mourir debout que de vivre à genoux"
J'aimerais bien voir cette personne aujourd'hui, je pari qu'elle est à genoux.
J'ai entendu un jour; "vaut mieux être seul que mal accompagné"
Je me demande si celui qui a dit ça s'est pas pogné une p'tite chix stupide...
Je pense qu'on comprendra jamais, et pour cette raison tout va s'éteindre.
J'espère ne jamais "réussir" dans la vie. J'en aurais honte.
...

Le temps est un concept qui tue la vie. Au moment où tu y penses, tu viens de détruire toute probabilité d'être simplement, sans angoisse. Le temps est un stress imposé, qui n'existe pas en soi. J'ai pas envie de me retrouver à la fin de ma vie, la mort factuellement évidente, et me rendre compte que j'ai toujours couru après des objectifs anticipés, le présent découpé en lambeaux.

J'écris ça car je vois ma génération commencer à se spécialiser hâtivement.
C'est le phénomène "ce sera mieux que rien".
C'est la panique silencieuse; trouve toi une position, trouve toi une femme/un homme : cimente ta vie, forge toi quelque chose de solide. 

On est libre et léger dans notre jeunesse. Tout est possible et y'a pas de stress. Les erreurs et les échecs sont bienvenus ; on accepte pas l'inacceptable, on fais pas de compromis, on reste fidèle à soi-même.
Mais la peur frappe. Cette peur est tabou.
Peur de l'insécurité financière comme sociale.
Peur d'être seul.

Pourtant tu vas mourir seul.

Pourtant t'es pas solide.

Pourtant tu vas jamais être ce que tu vas essayer de montrer et ce que tous croirons que tu es.

Alors tu l'assumes et tu relaxe.
Ou tu te le cache et tu souffre.

Ici c'est une question autant de se libérer d'une souffrance inutile et à bien y penser pathétique, que de faire honneur au potentiel humain et d'arrêter pour une fois et pour toujours d'agir comme des imbéciles.


Trackbacks

{ Page Précédente } { Page 4 à 31 } { Page Suivante }

Qui Suis-Je ?

Accueil
Mon Profil
Archives

Liens

Mon voyage dans l'Ouest
Mes textes

Catégories



Articles Récents


Ces moments.
Yo
"Je pense donc je deviens"
Tu vieillis, c'est OK, mais tu y penses trop, c'est pas OK.
Nouvelles impersonnelles et personnelles
I'll fight dragons.
À quoi sert un blog.
Les amis
Malaise
Australia
Bientôt 6 mois.
Karma Yoga
Pas mort.
Tintamare
EasyRider
Équanimité
La chiasse.
Refuser d'exploiter.
Gujurat
Satanisme
Jai Baba
Prise 2.
La valeur.
Retour en terres francophones, bientot.
HomeLess.
En marchant
Contrée lointaine
Réflexions multiples
Le choix de la liberté.
Squamish
Départure