Mon voyage par delà mon monde.

La valeur.

22h16, mardi 3 avril 2012 .. 0 rétrolien(s) .. Lien Permanent
Malgré tout ce qu'on dira, on croit profondément que c'est dans l'argent que la valeur est.
On croit que, avec l'argent, on est libre. que, par l'argent, on achète le bonheur...

Oh, c'est bien rapidement qu'on se plait à dire "l'argent n'achète pas le bonheur", mais personne y croit. Notre âme est hypocrite face à elle-même. Mais ça crée des mauvaises odeurs... ça pu, suffit de développer son odorat pour s'en apercevoir... Mais ça... personne le fait...

Eh bien... Non, le bonheur s'achète pas.
Le bonheur se prend, carrément. Dans la vie de tout les jours, on le prend ou on le prend pas.
Ça explique que des pauvres soient plus heureux que des riches, et que deux personnes dans une situation économique égale auront un feeling différent par rapport à un événement semblable.
Le bonheur, c'est une perspective... Une perspective ça s'achète pas.
Je suis heureux, car je vois la vie positivement.
car je réussit à voir la vie positivement...
Atteindre cette capacité, c'est travailler beaucoup sur soi-même.
Et c'est là que tout le monde fuit, car tout le monde sont des lâches.

.

L'argent ne permet que la survie ... et ... l'oubli.
Elle est nécessaire que pour la... nécessité; la nourriture et le logement.
Sinon, l'argent permet d'acheter des distractions; seulement ça. Quand on est incapable de prendre le bonheur... l'argent nous distrait de notre constante faillite, bel anglicisme.

La forme la plus populaire et la plus bien en vue de médiocrité :
On travaille 40h/semaine. En réalité, on en aurait besoin que d'une quinzaine, et déjà là, on se permettrait du luxe..
40h/semaine, on déteste notre job, on déteste notre vie, solution ?
Ça tombe bien ! puisque la moitier, même plus, de notre salaire sert vraiment à Rien, on va l'utiliser pour oublier le mal qu'on s'impose.
Consommation hors-nécessité = surconsommation.
Drogue, alcool, TV, cossin cossin cossin cossin cossin.
Distraction, cigarette, sexe, alcool, émission préférée #1, émission préférée #2, cigarette, chocolat, distraction, ma vie pu, je veux en être distrait... ça tombe bien, j'en ai le pouvoir.

On embarque dans cette roue... et, monsieur madame, on s'y complait !
absolument...
On se sent courageux et fort d'endurer cette souffrance.
Je souffre, je me console. Roue infinie.
Je bombe mon torse grugé par les vers... Regarde, je suis dans la misère et je résiste, n'ai-je pas toutes les raisons d'être fière ?

Je répond, moi, ; Non.

Alors qu'on se sent courageux et fort pour ça... en réalité c'est une lâcheté bien triste...

On a peur d'affronter la vie, d'affronter la liberté, d'affronter le fait que le bonheur s'achète pas, le fait qu'on a vécu toute notre vie dans une illusion, dans une roue très aliénante...
Sortir de ma roue ? Voyons ! J'y suis bien... je m'y complait...
Commencer à questionner ?
es-tu fou ? ce serait m'imposer la souffrance des souffrances...
je préfère ma petite pitance qui me permet de passer à travers ma vie comme un vent innocent... triste renoncement...

médiocrité, petitesse...
Ton argent c'est de la merde faite pour les bouches qui parlent pas, qui font juste bouffer et râler.

La Liberté ne s'achète pas.
Elle se prend et elle est sauvage, elle est farouche.
Elle accepte pas d'être laissée entre des mains sales et puantes.

Se laver c'est un travail beaucoup trop compliquer (bien qu'en réalité, c'est fort simple...) pour que j'me lance dans ça, ici, là.

Je crache ça, vulgairement et sans considération, car j'en ai marre de la petitesse.
Je suis pas né pour vivre dans la merde.
Je veux la grandeur et la beauté, je veux ce qui éclaire et ce qui rayonne.
mais que ça rayonne d'une lumière solaire... Rien à battre de l'artifice lampe à chevet.
Rien a battre de la petite philosophie du renoncement...

La vie c'est dur et c'est un combat... Tout aggresse et tout menace.
Tout me propose de m'écraser et de me caser dans la roue infernale de l'aliénation totale de ma personne.
Devrais-je m'écraser ? Jamais. Je décline la médiocrité.
Il reste la voie du rejet et de la goutte de sueur, du paraître fou et du paraître con.
Mais je l'ai déjà empruntée cette voie, et je me sens pas le coeur de l'abandonner pour une conne de satisfaction tranquille et facile...

La goutte de sueur que je parle c'est pas celle qu'on crache en pilant sur notre potentiel de liberté, c'est pas celle qu'on crache rendu à la 24e heure de notre 40h, c'est pas celle qu'on perds pour un connard de fasciste, pour un système imbécile, pour une illusion destructrice.

Non, la goutte que je parle fait du bien; c'est celle qu'on laisse s'échapper quand on ose s'affirmer devant celui qui nous a toujours dit de se plier à ce qu'il dit. C'est la goutte qu'on dégueule au visage de la bureaucratie qui nous demande de nous soumettre au nivellement par le bas. C'est la goutte qui tombe quand je soutiens le regard de celui qui tente de me culpabiliser d'être ce que je suis moi-même.

C'est celle qui se libère... Non pas celle qui se pleure....



La valeur.

22h16, mardi 3 avril 2012 .. 0 rétrolien(s) .. Lien Permanent
Malgré tout ce qu'on dira, on croit profondément que c'est dans l'argent que la valeur est.
On croit que, avec l'argent, on est libre. que, par l'argent, on achète le bonheur...

Oh, c'est bien rapidement qu'on se plait à dire "l'argent n'achète pas le bonheur", mais personne y croit. Notre âme est hypocrite face à elle-même. Mais ça crée des mauvaises odeurs... ça pu, suffit de développer son odorat pour s'en apercevoir... Mais ça... personne le fait...

Eh bien... Non, le bonheur s'achète pas.
Le bonheur se prend, carrément. Dans la vie de tout les jours, on le prend ou on le prend pas.
Ça explique que des pauvres soient plus heureux que des riches, et que deux personnes dans une situation économique égale auront un feeling différent par rapport à un événement semblable.
Le bonheur, c'est une perspective... Une perspective ça s'achète pas.
Je suis heureux, car je vois la vie positivement.
car je réussit à voir la vie positivement...
Atteindre cette capacité, c'est travailler beaucoup sur soi-même.
Et c'est là que tout le monde fuit, car tout le monde sont des lâches.

.

L'argent ne permet que la survie ... et ... l'oubli.
Elle est nécessaire que pour la... nécessité; la nourriture et le logement.
Sinon, l'argent permet d'acheter des distractions; seulement ça. Quand on est incapable de prendre le bonheur... l'argent nous distrait de notre constante faillite, bel anglicisme.

La forme la plus populaire et la plus bien en vue de médiocrité :
On travaille 40h/semaine. En réalité, on en aurait besoin que d'une quinzaine, et déjà là, on se permettrait du luxe..
40h/semaine, on déteste notre job, on déteste notre vie, solution ?
Ça tombe bien ! puisque la moitier, même plus, de notre salaire sert vraiment à Rien, on va l'utiliser pour oublier le mal qu'on s'impose.
Consommation hors-nécessité = surconsommation.
Drogue, alcool, TV, cossin cossin cossin cossin cossin.
Distraction, cigarette, sexe, alcool, émission préférée #1, émission préférée #2, cigarette, chocolat, distraction, ma vie pu, je veux en être distrait... ça tombe bien, j'en ai le pouvoir.

On embarque dans cette roue... et, monsieur madame, on s'y complait !
absolument...
On se sent courageux et fort d'endurer cette souffrance.
Je souffre, je me console. Roue infinie.
Je bombe mon torse grugé par les vers... Regarde, je suis dans la misère et je résiste, n'ai-je pas toutes les raisons d'être fière ?

Je répond, moi, ; Non.

Alors qu'on se sent courageux et fort pour ça... en réalité c'est une lâcheté bien triste...

On a peur d'affronter la vie, d'affronter la liberté, d'affronter le fait que le bonheur s'achète pas, le fait qu'on a vécu toute notre vie dans une illusion, dans une roue très aliénante...
Sortir de ma roue ? Voyons ! J'y suis bien... je m'y complait...
Commencer à questionner ?
es-tu fou ? ce serait m'imposer la souffrance des souffrances...
je préfère ma petite pitance qui me permet de passer à travers ma vie comme un vent innocent... triste renoncement...

médiocrité, petitesse...
Ton argent c'est de la merde faite pour les bouches qui parlent pas, qui font juste bouffer et râler.

La Liberté ne s'achète pas.
Elle se prend et elle est sauvage, elle est farouche.
Elle accepte pas d'être laissée entre des mains sales et puantes.

Se laver c'est un travail beaucoup trop compliquer (bien qu'en réalité, c'est fort simple...) pour que j'me lance dans ça, ici, là.

Je crache ça, vulgairement et sans considération, car j'en ai marre de la petitesse.
Je suis pas né pour vivre dans la merde.
Je veux la grandeur et la beauté, je veux ce qui éclaire et ce qui rayonne.
mais que ça rayonne d'une lumière solaire... Rien à battre de l'artifice lampe à chevet.
Rien a battre de la petite philosophie du renoncement...

La vie c'est dur et c'est un combat... Tout aggresse et tout menace.
Tout me propose de m'écraser et de me caser dans la roue infernale de l'aliénation totale de ma personne.
Devrais-je m'écraser ? Jamais. Je décline la médiocrité.
Il reste la voie du rejet et de la goutte de sueur, du paraître fou et du paraître con.
Mais je l'ai déjà empruntée cette voie, et je me sens pas le coeur de l'abandonner pour une conne de satisfaction tranquille et facile...

La goutte de sueur que je parle c'est pas celle qu'on crache en pilant sur notre potentiel de liberté, c'est pas celle qu'on crache rendu à la 24e heure de notre 40h, c'est pas celle qu'on perds pour un connard de fasciste, pour un système imbécile, pour une illusion destructrice.

Non, la goutte que je parle fait du bien; c'est celle qu'on laisse s'échapper quand on ose s'affirmer devant celui qui nous a toujours dit de se plier à ce qu'il dit. C'est la goutte qu'on dégueule au visage de la bureaucratie qui nous demande de nous soumettre au nivellement par le bas. C'est la goutte qui tombe quand je soutiens le regard de celui qui tente de me culpabiliser d'être ce que je suis moi-même.

C'est celle qui se libère... Non pas celle qui se pleure....

Trackbacks

{ Page Précédente } { Page 23 à 31 } { Page Suivante }

Qui Suis-Je ?

Accueil
Mon Profil
Archives

Liens

Mon voyage dans l'Ouest
Mes textes

Catégories



Articles Récents


Ces moments.
Yo
"Je pense donc je deviens"
Tu vieillis, c'est OK, mais tu y penses trop, c'est pas OK.
Nouvelles impersonnelles et personnelles
I'll fight dragons.
À quoi sert un blog.
Les amis
Malaise
Australia
Bientôt 6 mois.
Karma Yoga
Pas mort.
Tintamare
EasyRider
Équanimité
La chiasse.
Refuser d'exploiter.
Gujurat
Satanisme
Jai Baba
Prise 2.
La valeur.
Retour en terres francophones, bientot.
HomeLess.
En marchant
Contrée lointaine
Réflexions multiples
Le choix de la liberté.
Squamish
Départure